Autres problèmes rencontrés au cours de mes études sur les femmes atteintes d’ endométriose.

J’ai vu plus de 300 personnes ces derniers mois, femmes toutes atteintes par L’Endométriose.
2 précisions avant d’aller plus loin :

J’ai pris l’habitude de poser 2 questions en début de
consultation

  • a. comment allez-vous ?
  • b. vos règles sont-elles douloureuses ?

Ceci m’a permis de découvrir beaucoup de femmes qui souffraient du ventre et qui n’osaient pas l’avouer par crainte de se faire rabrouer, ou tout simplement avoir des réponses désobligeantes du genre : c’est normal ou ce sont des gaz. etc. cela ne donnant pas l’envie de questionner l’entourage familiale et même le corps médical.

J’ai pris la décision de modifier la classification internationale de l’endométriose.

L’Endométriose est classée théoriquement en 4 stades et pour entrer dans cette classification il faut une lésion visible à l’échographie ou à l’IRM.

La classification par stades a été créée en 1996 par l’American Society for Reproductive Médicine puis revue à plusieurs reprises. Il ne s’agit pas là de localiser l’endométriose mais de mesurer la taille des lésions lors d’une intervention chirurgicale et d’associer cette donnée à un stade de sévérité de la maladie (1 – minime, 2 – légère, 3 – modérée, 4 – sévère).

Personnellement ayant vu plusieurs centaines de patientes, j’ajoute la phase 0 où aucune lésion n’est visible à la radio.

Pour moi, la seule souffrance lors des règles signifie que l’utérus est enflammé et témoigne d’une endométriose débutante.

Et il existe dans de très nombreux cas une  inflammation de la paroi intestinale expliquant le ballonnement fréquent, avec douleurs et gaz. Là aussi ces troubles sont dus à l’atteinte du Microbiote et du système immunitaire par des pesticides et des perturbateurs endocriniens.

La conséquence importante c’est l’apparition d’une Dysbiose incapable de gérer un métabolisme correct. C’est comme cela que j’ai pu voir chez mes patients rejetés ou non, des tas de maladies graves ou non, je dirai plutôt graves et très graves.

Parmi ces pathologies les plus courantes : le dérèglement hormonal tant au niveau de

Ces dérèglements, je les ai notés à plusieurs reprises chez mes patientes .

Bien sûr, les pseudos spécialistes ne les reconnaissent pas comme accompagnant l’endométriose : comme les douleurs articulaires du genou, du rachis cervical avec la névralgie cervico brachiale pathognomonique pour moi de l’endométriose. C’est ainsi que plusieurs patientes me
consultant pour des douleurs du genou, ont été surprises de me voir faire un diagnostique d’Endométriose chez elles.

Oui, la douleur du genou est presque toujours associée à l’endométriose.

Bien sûr on écarte les traumatismes du genou au Foot ou après une chute grave tous les jours, lors des consultations, je découvre d’autres atteintes : tendinite du poignet, du coude et de la cheville.

J’ai pu associer d’autres pathologies plus graves comme
• Le Cancer du sein
• Le Mélanome et dans mon groupe une patiente a 2 Mélanomes à 3 mois d’intervalle !

En conclusion : toute femme présentant des règles douloureuses même au stade 0 doit subir un bilan complet et une surveillance régulière. Un traitement préventif existe , je l’ai mis au point avec succès, ne pas hésiter à le conseiller à vos patientes si vous êtes prescripteur, ou à vous et vos amis.

Le cancer du sein :

Toutes mes patientes atteintes d’un cancer du sein m’ont déclaré avoir des règles très douloureuses dans les mois ou années qui ont précédés l’apparition de la tumeur du sein.

Ceci imposant un contrôle par des mammographies régulières dès l’âge de 25 ans.

Habitude non classique mais que je recommande vivement.

Le mélanome :

Comme avec le sein, je vous recommande la surveillance régulière de tous vos grains de beauté pour éviter leur transformation en mélanome.

En effet une patiente du groupe a vu 2 grains de beauté transformés à 3 mois d’intervalle.

En conclusion : toute femme présentant des règles douloureuses même au stade 0 doit subir un bilan complet et une surveillance régulière. Un traitement préventif existe , je l’ai mis au point avec succès, ne pas hésiter à le conseiller à vos patientes si vous êtes prescripteur, ou à vous et vos amis.